Publié par : Eric Bondo | 4 mars 2008

French kiss: le complexe du colonisé

Michelangelo, la punition de la sodomie.

Merci à Michel-ange (le vrai) pour l’illustration.

Ces temps-ci, ça discute de la langue.  Ça frenche en attendant le printemps. De VLB qui menace de brûler son oeuvre aux rapports cachés de l’Office de la langue Française, je trouve qu’on fait beaucoup de bruit avec pas grand-chose. Mais je peux parler de mon complexe du colonisé par rapport à ma capacité à m’exprimer oralement dans la langue de Shakespeare.

Par un étrange mécanisme que je ne peux exprimer autrement que par le complexe du colonisé, jusqu’à il y a 5-6 ans, je pouvais faire des travaux universitaires, traduire des documents both ways à la perfection, mais pour l’oral, alors là… Je ne fais aucune faute à l’écrit depuis l’adolescence en anglais, et pourtant, je n’arrivais pas à aligner deux phrases correctement sans que tout se mélange.

Étrangement, dès que je quittais le Canada, ma langue se déliait et je constatais que j’arrivais à parler l’anglais avec une fluidité déconcertante, sans accent et de façon instantanée.

Au moment où j’ai fait cette réalisation, j’ai entamé un processus qui fait que mon complexe « localisé » disparaît tranquillement maintenant quand je suis en terre québécoise.

Nos ancêtres ont été conquis en 1763, dans le temps où ce genre de conquête et de traités étaient possible légalement (moi c’est fou, en plus, l’autre moitié de mes ancêtres se faisait embarquer sur des bateaux pour venir faire du bénévolat aux States). Il y a eu résistance jusqu’à ce jour, où nous pouvons reprendre notre indépendance sans verser le sang. Mais ça ne se fait pas. Probablement parce que ce n’est pas assez nécessaire pour la majorité. Et, malheureusement, ça ne m’importe plus vraiment. Je parle pour garder mes doigts prêts en tout temps à écrire un truc VRAIMENT intéressant.

Le problème, quant à moi, ce ne sont pas les parlementaires bouffis et larvaires, ni les rejets de parquet de partis politiques qui s’imaginent avoir des bonnes idées comme les borgnes au pays des aveugles, ni les méchantes corporations qui vampirisent l’argent public et l’argent du public, mais bien le public lui-même, tous ceux qui n’ont pas le temps et/où l’envie de consacrer ne serait-ce qu’un pour cent de leur cervelle à se questionner sur ce que devrait-être une société équilibrée et saine.

Faut pas se leurrer. Ici comme ailleurs sur la blogosphère politique, on prêche entre convaincus. Le reste de la blogosphère parle des coliques de leurs enfants, des photos de voyage en république dans le « resort », de Katrina qui aura sa rose, du « Canadien » qui peut se vanter d’être le sujet des analyses les plus diverses et les plus pointues du Québec tout entier et de Céline, bien sûr.

J’ai autre chose à faire que de perdre ma salive à tenter de convaincre quiconque s’en fout que le bilinguisme est un vêtement de plus que tu mets pour mieux faire face à une situation, comme le choix de linge diffère pour sortir dans un pub ou dans une discothèque huppée.  C’est bien possible que tu ne veuilles jamais aller dans une discothèque huppée, mais si 99% des endroits où il y a des gens intéresssants sont des places du genre, alors tu te prives peut-être de quelque chose, et d’après moi-c’est par orgueil plus que par intégrité.

Si on avait des politiciens qui avaient notre bien être collectif à coeur, ou si c’est le cas, qui avaient un iota de créativité, les choses iraient de mieux en mieux. Ils pourraient penser à remettre suffisament d’argent dans les cours d’alphabétisation pour tous et de francisation pour les immigrants et on aurait des résulatats impressionnants. Mais à peuple dépolitisé politiciens pathétiques.

Je prefére cent fois plus la voie spirituelle. Mais j’aime bien garder ma lame aiguisée quand il s’agit de réthorique.

P.S. : Je suis d’ailleurs en train de lire un livre de D-Pak dont je vous parlerai bientôt, qui n’a rien à voir avec ça.

Publicités

Responses

  1. Si vous avez à coeur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu!
    Merci à l’avance!

    CENTRE-VILLE DE MONTREAL
    ====================================
    Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos
    Déjà un demi-millier d’infractions possibles à la loi 101!

    http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2008/montreal-anglais.html

  2. Alain, merci! Ça donne le goût d’écrire plus, même si j’ai pas grand-chose à dire par les temps qui courent. Comme si l’actualité avait atteint un niveau où j’ai l’impression de regarder des reprises de « All my children ».

  3. Martin, je ne saurais dire à partir de quel moment est-on bilingue. Probablement à partir du moment où on comprend une seconde langue. Le langage oral et l’écriture sont des moyens d’expression de soi; entrent donc en ligne de compte la confiance en soi et d’autres caractéristiques propres à chacun à ce niveau, l’éducation par exemple.

  4. Bonjour M. Bondo, je viens juste de débarquer après avoir vu votre invitation sur le blogue de Renart.

    J’y vous demandais:

    Connaître “Yes, no, toaster” suffit-il à être bilingue?

    Est-ce que quelqu’un qui lit des magazines, des sites Web, des articles scientifiques, des recettes, des films en anglais avec sous-titres anglais est bilingue s’il ne peut l’écrire facilement, ni le parler correctement?

    Est-ce que dans ce cas, il est fermé sur le monde et plus ignorant pour autant?

    J’essayais ainsi, non pas de vous convaincre de l’inutilité d’être bilingue, mais de vous faire expliciter la définition de bilingue.

    Parce que, selon moi, comme j’ai écrit chez moi, le bilinguisme n’existe pas ou très peu, si « bilinguisme » signifie maîtriser parfaitement deux langues. Je n’ai pas de preuves, seulement une intuition venant de mes contacts avec plusieurs personnes se disant bilingues. D’ailleurs, dans presque tout ma correspondance sur le sujet, je parlais de « ceux qui se disent bilingues ».

    Je pose la question, car la question et ses corrolaires se posent:

    – À partir de quel niveau de maîtrise de deux langues peut-on se dire bilingue?

    – Comment est-ce vérifié?

    – Qui a intérêt à promouvoir le bilinguisme?

    – Qui a intérêt à se dire bilingue?

    – Qui a intérêt à affirmer que le bilinguisme est répandu, au Canada, dans le monde?

    – Quelqu’un qui se fit fièrement unilingue ne pourrait-il pas être plus bilingue que celui qui prétend être bilingue?

    Ici, j’ai une pensée pour VLB qui disait « presque l’être, mais malgré lui ». Plusieurs ont extrapolé à l’effet que cet auteur ne lisait pas de littérature anglophone. J’en doute.

    Personnellement, je suis à peu près au même stade que vous il y a cinq ou six ans et je ne me prétend pas bilingue. Est-ce que je pourrais être bilingue malgré moi?

    Le choix du bilinguisme, s’il demeure individuel, ne me pose certainement pas problème. Mais quand on en fait un choix de société, comme Marois l’a laissé entendre, faut quand même tenter de voir au-delà des bénéfices personnels. Au Québec, puisque ce bilinguisme incluerait l’anglais, cela signifierait à moyen terme l’anglicisation de notre société déjà immergée dans un monde anglo-saxon. Si VLB et moi sommes déjà « presque bilingues » malgré notre nationalisme obtu, ça montre la force d’attraction de l’anglais. Je ne vois pas pourquoi on créerait des centres d’appels pour un support technique en français en sachant que tous les Québécois maîtrisent l’anglais, pourquoi continuerait-on à traduire les films avant de nous les vendre, pourquoi parlerait-on autre chose que l’anglais dans les magasins du centre-ville de Montréal et, surtout, pourquoi un immigrant apprendrait le français s’il peut tout faire en anglais même au-delà de l’île de Montréal, à Rimouski ou Saguenay.

    Mais bon, comme on de la misère à enseigner le français correctement à nos enfants, ce n’est pas gagné d’avance pour le bilinguisme institutionnalisé!

  5. Ah, Eric… Comme toujours, te lire m’enlève le goût de bloguer.

    C’est un compliment, by the way.

    http://emerillon.niala.net/index.php/2008/03/baiser-avec-la-langue/


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :